socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Que signifie démocratie en ce début de siècle…

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Ce terme est utilisé actuellement par tous les hommes ou femmes politiques, quelle que soient leurs idées ou leur parti, c’est devenu une espèce de code de bonne conduite international, lors d’une de ces réunions qui oserait dire notre politique n’est pas démocratique...

 

 

... nous allons vous expliquer pourquoi. Cependant quand on observe la réalité internationale on est conduit distinguer plusieurs réalités.

Au 18ème siecle et en particulier avec la révolution française et l’indépendance américaine, le terme démocratie correspond vraiment à un désir de participation par une grande partie de la population ce qui n’a pas empêché des luttes internes et des drames comme la terreur, ce qui a débouché sur le régime napoléonien, mais le désir de participer était toujours plus fort et le 19ème  et le 20ème siècle assureront de plus en plus le rôle des citoyens. Lorsque ceux-ci étaient mécontents ils n’hésitaient pas à descendre dans la rue, les responsables politiques étaient conscients de leur responsabilité, quant à la police et l’armée ils intervenaient peu dans les affaires intérieures.

Le 20ème  siècle est marqué dés le début par l’apparition de régimes forts assurant l’existence d’une idéologie, que ce soit avec le régime communiste russe, fasciste en Italie ou nazie en Allemagne. Que devient le peuple ? Il doit accepter les règles que fixent les classes dirigeantes, sinon la répression est proche. Le régime chinois de Xi JingPing est de cette nature, la répression à Hong Kong est un des derniers exemples. Le peuple doit participer, se soumettre ou partir dans un camp. Le dirigeant fixe le chemin le peuple suit, la police et l’armée ont tous les pouvoirs.

De nombreux autres pays, en particulier ceux qui sont dans une phase de développement parlent de démocratie mais comme dans le cas précédent sont soumis à des règles autoritaires dont profitent les classes dirigeantes, mais au milieu d’une désorganisation totale, comme dans la plupart des pays africains.

Deux pays semblaient étrangers à ces difficultés, ce sont l’Angleterre et les Etats Unis. L’époque actuelle fait penser à une période révolue. Le Royaume Uni était l’exemple d’un régime politique stable, courtois où chacun pouvait s’exprimer sans crainte au milieu consensus général. Les tensions actuelles au sein du Parlement, la crise sanitaire et économique font ressortir de vieux démons, la séparation d’avec l’Europe et le problème de l’Irlande du Nord risquent de conduire à un éclatement de la Grande Bretagne. Les Etats avaient réussi après la guerre de sécession, compte tenu de leurs richesses à devenir une nation dominante mais dans laquelle l’intérêt des citoyens était protégé. Le développement du racisme, la  perte d’une position économique dominante, le rôle négatif de la police, une certaine corruption plongent cet Etat dans un drame permanent largement représenté par les élections du mardi 3 novembre. Les médias le répètent Les Etats Unis sont divisés en deux blocs complètement opposés revenus, culture, santé et objectifs politiques…Comment ces deux mondes qui sont face à face peuvent- ils se rapprocher pour bâtir un avenir commun ? Quel sera le dénouement de cette crise ?

Le terme démocratie a perdu le sens qu’il avait au 18ème siècle. Excès de démographie, misère, croyance en l’homme providentiel ? Les raisons sont multiples, mais que devient la liberté face à ce monde concentrationnaire ?