socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

31 décembre 2020 Brexit ou pas Brexit…

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Toujours la même question, l’Angleterre quitte l’Union Européenne le 31 décembre 2020 mais dans quelles conditions ? Rupture totale ou maintien de liens ? A un mois du délai la question n’est pas encore vraiment tranchée...

 

 

 

La veille du 23 juin 2016 tous les Européens, les gens de la City et une grande partie de la population pensaient que l’Angleterre resterait membre de l’Union Européenne : Ce 23 juin, M. Cameron a perdu son pari, il se retire et laisse la place à Theresa May, celle-ci est-elle franchement Européenne, non, mais elle cherchera à protéger les intérêts de son pays tout en gardant un lien avec l’Europe compte tenu des liens politiques, militaires, mais surtout économiques  existant entre ces différents pays. Désavouée par les ultras de son parti elle se retire et laisse la place à Boris Johnson partisan d’une rupture complète avec l’Europe avec les 26, affirmant qu’un avenir radieux allait permettre à l’Angleterre de retrouver sa puissance antérieure. Les choses n’ont pas été aussi simples : maladie du Premier Ministre, opposition chez les conservateurs, chez les travaillistes et une partie de la population, comme cette manifestation du 11 décembre 2016 devant le Parlement de Londres ?

Nous sommes début décembre 2020, l’affaire est-elle réglée ? Rien n’est moins certain. La période de transition touche à sa fin qui devait permettre aux entreprises et aux particuliers de préparer la mise en œuvre de la séparation. Les cycles de négociations se sont poursuivis pendant deux ans,(1) Michel Barnier, négociateur pour l’UE, a obtenu avec son équipe une série d’accords pour le commerce, les services, les investissements, la coopération pour le nucléaire civil et la participation à des programmes Européens, la sécurité aérienne, la coordination en matière de sécurité sociale, mais rien sur la protection des données personnelles, le changement de climat ou le coût du carbone. Mais les points principaux : les frontières entre Angleterre et UE (2), le problème de la pêche pour l’exploitation des ressources et la protection des entreprises, l’existence de garanties pour une concurrence loyale, la mise en place de mécanismes permettant de régler les différents en cas de conflits, et bien que ce soit un problème plus spécialement britannique celui de l’Irlande du Nord, le statut des résidents étrangers en Angleterre ou des Anglais résidant en Europe…enfin qui paiera le prix du départ ? Boris Johnson a d’abord dit «pas question » avant d’en accepter le principe.

Depuis le 31 janvier 2020 l’Angleterre n’est plus membre de l’Union Européenne la période de transition s’arrêtera le 31 décembre. Quelle sera la suite ? Theresa May avait raison, mais elle n’a pas été suivie, lucide elle cherchait à obtenir l’indépendance tout en conservant des liens avec l’UE. Boris Johnson semble un peu calmé, quant à Farage, «l’indépendance pure et dure », l’utopie semble un peu calmée. L’Angleterre sera-t-elle un jour vraiment indépendante, sous réserve de ce que nous avons dit dans la note précédente, mais comme le disait François Mitterrand « Il faut laisser du temps au temps »

Le Monde des 29

  1. Lire les documents de la Commission : Https:// www.brexit.gouv./sites/brexit/accueille/-brexit-cest -quoi.html ;
  2.  Le Monde des 29-30 novembre concernant le parking pour camions dans le Kent.