socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Les GAFA, Les GAFAM, les NATU, et après…

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

On commençait à s’habituer au sigle, mais il y a de nouveaux arrivants…Les GAFA c’est-à-dire : Google, Amazon, Facebook Apple, le sigle représente la première lettre de chacune de ces grandes entreprises d’origine Nord- Américaine...

 

 

Il y a beaucoup d’entreprises qui pourraient figurer avec celles-ci, compte tenu de leur importance et de leurs moyens financiers : Intel, Alibaba, Samsung… D’ailleurs de nouveaux acronymes ont fait leur apparition, les GAFAM : Google, Apple, Microsoft…les NATU : Netflix , Airbnb,  Tesla, Uber… Ces entreprises ont plusieurs points communs : la plupart sont d’origine Nord-Américaine, elles pratiquent toutes l’économie numérique, leurs interventions dans le monde économique leur ont permis d’acquérir une puissance financière extraordinaire, qui leur permettrait d’acheter n’importe quelle entreprise, ces firmes disposent de moyens financiers tels que leurs disponibilités dépassent le budget de certains pays.

Est-ce un risque pour l’économie ? On peut le craindre dans la mesure où ces nouveaux conglomérats constituent des entreprises dont la puissance est telle qu’elles pourraient, utilisant les ordinateurs, les robots, l’économie numérique, s’emparer de certains marchés. D’après certaines sources Google contrôlerait actuellement 90 % de la recherche dans le Monde et Apple 45 % des trafics de smartphones…ce qui est d’autant plus inquiétant que Etats-Unis ne sont pas dominants seuls, la Russie et la Chine disposant également de ce genre de conglomérats.

Il y a toujours eu de grandes entreprises dominant certains secteurs de la vie économique, ainsi l’Angleterre et l’Allemagne au 19ème  et 20ème  siècle, pour la puissance maritime et l’armement.  Ce qui est beaucoup plus à craindre, fin de 20ème  et début du 21ème siècle, c’est l’utilisation des nouvelles techniques et l’extension de leur rôle dans tous les domaines de la vie économique y compris la conquête spatiale. Les gouvernements de  certains pays risquent d’être réduits à gérer les affaires locales, la recherche, l’innovation, appartiendront à ces GAFA lesquels disposeront de la technique et des moyens financiers pour assurer leur croissance et leur pouvoir. Quant aux entreprises petites ou moyennes elles seront uniquement des sous- traitants, ou disparaitront. Comment les gouvernements européens n’ont pas vu le danger, pour développer des contre-feux capables de résister aux GAFA et assimilés ?

Les Etats Unis ont essayé depuis la fin du 19ème  siècle contre l’effet de domination des entreprises, pour protéger la concurrence et les consommateurs avec le Sherman Act de 1890, les procès sont nombreux, plusieurs instances en cours contre Google, mais rien ne semble pouvoir arrêter le développement de ces opérations.  La France comme les autres membres de l’UE n’ont pas de loi antitrust comme aux USA. Toutefois en France, pour des fusions importantes une autorisation administrative est obligatoire, (1) mais est-ce suffisant ? On peut en douter.

Le meilleur moyen pour freiner ce mouvement est peut- être la fiscalité. Les GAFA et d’autres entreprises ont mis leur siège social en Irlande, pays où le prélèvement fiscal est très faible, elles y sont imposées puisqu’elles n’ont aucune implantation juridique dans les pays où elles interviennent, établissement stable ou filiale. La France a décidé de taxer les bénéfices pour leurs interventions en dans notre pays (2), d’où les menaces de sanctions du Président Trump, on verra avec Joe Biden… l’Europe serait prête à faire de même ?

  1. Le Ministre de l’Economie vient de déclarer qu’une opération proche de la fusion entre une entreprise Canadienne et Carrefour n’était pas souhaitable ;