socials Twitter SDL Facebook SDL Vimeo SDL

Quels souvenirs laissera Madame Merkel...

Article de M. Roland Walter - ancien Professeur associé à Dauphine, intervenant à l'ESSEC

Angela Merkel, Chancelière de la République Fédérale d’Allemagne, va quitter prochainement ses fonctions, elle ne demandera pas le renouvellement de son mandat. Sa carrière politique aura duré plus de quinze ans, du même ordre que celle de Conrad Adenauer le sauveur de l’Allemagne après l’épisode nazi.

 

 

Née à Hambourg en 1954, après la guerre, elle se destinait à une carrière scientifique, vivant en Allemagne de l’Est, ce qui lui a permis d’apprendre le russe, elle est attirée par la vie politique, se lie avec l’Union chrétienne démocrate -CDU-dont elle deviendra Présidente.  Remarquée par le Chancelier Helmut Kohl elle lui devra, son accès aux plus hautes fonctions, ce dont elle ne lui saura pas gré.  Comment sera-telle perçue après un si long règne ? Tout dépend de l’angle sous lequel on examine son parcours.

1/En politique intérieure elle a su gérer la charge gouvernementale,

  • ce qui sera apprécié par les Allemands. Deux erreurs toutefois, dont l’une a bien failli mettre fin à son activité de chancelière. En 1995 ont commencé les premières vagues de migrants. La démographie allemande vieillissant Angela a pensé que ces migrants combleraient le manque de naissance. Elle a sous- estimé les réactions populaires qui n’ont pas accepté la remise en cause de leur identité et redouté une invasion. Très rapidement le flot fut canalisé et les migrants n’ont plus eu droit aux fleurs…
  • La gestion du virus covid 19 fut longue et comme en France les hésitations, les errements politiques du gouvernement n’ont pas été appréciés, qui aurait fait mieux ? mais comme toujours, l’échec est  imputé à ceux qui détiennent le pouvoir…

2/Avec la France les relations sont dans l’ensemble assez bonnes, bien qu’on soit loin de l’entente Adenauer-De Gaulle. Madame Merkel n’a toutefois pas suivi la position du Président français au sujet d’une défense et d’une armée européenne ; crainte du côté allemand que la France veuille une Europe fédérale, refus de la mutualisation des dettes au niveau de l’UE…  Elle ne s’est intéressée qu’avec prudence aux conflits où la France est engagée que ce soit la Lybie ou la Turquie. Entente, amitié, mais des réticences des deux côtés.

 3 / Sur le plan international Elle a surtout géré l’expansion économique allemande, évitant de s’impliquer dans des opérations de guerre, on l’a souvent dit : l’Allemagne est une puissance économique mais n’existe pas sur le plan international, le passé récent expliquant certainement la prudence de la Chancelière. Ses rapports très mauvais avec Donald Trump n’arrangeant pas sa position, on verra avec Jo Bieden…

4/Madame Merkel n’est pas le chancelier Bismark, elle a refait de l’Allemagne une grande puissance économique après le drame de la deuxième guerre mondiale, elle a coopéré à l’Union Européenne , à l’OTAN, mais elle laissera plutôt le souvenir d’un bon gestionnaire plutôt que celle d’un créateur de nouvelles unions….